Projet Connexstere

Category:

Un projet de restauration écologique global au large de Leucate en Occitanie dans le cadre du projet EFGL

ECOCEAN en partenariat avec le Centre de Recherche sur les Ecosystèmes Marins (CREM – UPVD/CNRS) et propose, au travers de ce pilote ambitieux (appelé CONNEXSTERE), d’enrichir la compréhension des processus de connexion entre populations juvéniles et adultes. Le pilote cherche ainsi à étudier les flux possibles d’individus très jeunes (post-larves, ou juvéniles de l’année) entre des zones aménagées au large, des zones intermédiaires (récifs artificiels de Leucate/Barcarès) et des zones de nurseries côtières naturelles et artificielles (y compris la lagune de Salses-Leucate). ECOCEAN et ses partenaires ont toujours souhaité mener des actions concrètes et obtenir des éléments de réponse visant à soutenir le développement de la biodiversité marine afin d’accélérer la reconquête écologique des milieux artificialisés. Ce projet entre dans ce cadre, il s’agit en particulier :

  • D’évaluer la biodiversité (abondance et diversité poissons, faune, flore) sur 3 sites allant du large à la côte grâce à un suivi réalisé par le partenaire scientifique CEFREM-CREM-UPVD en zones naturelles et sur des structures artificielles d’observation développées par Ecocean (Biohut),
  • D’observer de possibles relations/connexions entre le large, les récifs artificiels intermédiaires et la côte pour des zones aménagées et des zones naturelles,
  • De proposer des améliorations en matière d’écoconception de futures infrastructures offshore (et notamment pour le projet EFGL).

 

Cela nécessite notamment de pouvoir installer temporairement une bouée permettant d’observer la biodiversité présente au large.

Ce projet pilote innovant, centré sur un territoire cohérent allant du Cap Leucate au Cap Béar en passant par l’étang de Salses-Leucate, doit permettre de contribuer à la compréhension des connexions écologiques et d’évaluer les similarités de fonctionnement (en particulier sur la fonction nurserie) entre des zones aménagées (au large, à la côte et dans l’étang) et des zones naturelles.

Les zones aménagées sont :

1- Une Bouée d’Observation de la Biodiversité (BOB), positionnée en surface (et équipée de différents types d’Unités d’Observation Standardisées – Biohut), et située à proximité du Lidar installé par la société ENGIE, à environ 16,5 km des côtes. Cette bouée d’observation peut être considérée comme une bouée SADO (Système d’Acquisition de Données Océaniques).

La bouée, conçue en partenariat avec PPI (Principal Power Inc.), a été réalisée en acier par la société Eiffage. Ce flotteur est équipé de modules de biodiversité (type Biohut quai, digues, émissaires …) immergés entre -4 et -8 mètres, tous composés de matériaux recyclables et recyclés (coquilles d’huîtres recyclées, bois, métal, …) qui devraient permettre des observations standardisées par rapport aux autres Biohut installés sur la côte.

2- Une partie des récifs artificiels existants de Leucate-Barcarès qui aura été complexifiée à l’aide de différents modèles de Biohut dans le cadre du projet de R&D porté par le CREM/CEFREM et qui a démarré en septembre 2018 (avec une demande d’AOT spécifique portée par l’Université de Perpignan déposée auprès de la DDTM 66)

3- L’intérieur du port de Leucate engagé dans la démarche NAPPEX et qui est déjà équipé de Biohut depuis avril 2018 (suivis effectués par le CREM / CEFREM).

4- Le port d’Argelès-sur-Mer également engagé dans la démarche NAPPEX et qui est également équipé en Biohut depuis novembre 2017 (suivis effectués par le CREM / CEFREM).

5- Des habitats dédiés au projet CONNEXSTERE (Biohut utilisés comme Unité d’Observation Standardisées) installés dans l’étang de Salses-Leucate et suivis dans le cadre de ce projet.

Outre ces zones aménagées, nous proposons le suivi des zones naturelles suivantes, qui sont les limites du système « Golfe du Lion » et qui correspondent aux principales zones rocheuses du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion :

1- Au nord, la falaise de Leucate suivie par le CREM dans le cadre du projet de complexification des récifs artificiels de Leucate/Barcarès (AAP Biodiversité AERMC)

2- Au sud, la côte rocheuse de la Côte Vermeille, et plus précisément le linéaire de côte situé entre le Cap Béar et Cerbère (frontière espagnole), suivi une fois par an dans le cadre du suivi pluriannuel du CREM depuis 1994. C’est une référence historique qui permet de connaitre le niveau de recrutement d’une espèce clé : le sar commun.

 

Lien vers la plaquette de la bouée BOB