UN OCEAN D’AVENIRS

Post-Larval Culture and Capture (PCC)

INNOVER POUR PRESERVER

Elevage raisonné, restauration écologique...

VERS UNE RESSOURCE DURABLE

Engins de pêche, diagnostic ...

Ne juge pas chaque jour à la récolte que tu fais mais aux graines que tu sèmes

Robert Louis Stevenson - Ecrivain

INNOVER POUR PRESERVER LES MILIEUX MARINS !

La société Ecocean est une société pionnière qui déploie un savoir-faire unique : celui de la capture et de la culture des post-larves marines (PCC). Elle participe ainsi à la reconstruction des écosystèmes marins et favorise une gestion durable de la ressource marine en menant des projets partout dans le monde.

  1. Elevage raisonné

    Face à l’effondrement des stocks de poissons dans les pays en développement, la PCC (Post-Larval Capture and Culture) permet d’épargner les géniteurs et de préserver les habitats marins tout en obtenant des poissons de grande qualité et d’une grande diversité pour les marchés du poisson de bouche et de l’aquariologie marine.

  2. Restauration Ecologique

    Nos zones littorales sont de plus en plus impactées par l’homme. Les solutions proposées par Ecocean visent à favoriser le cycle de vie des poissons côtiers, notamment par le repeuplement marin (BioRestore®) ou par la pose de nurseries artificielles (BioHut®) offrant des habitats adaptés pour améliorer le taux de survie des larves arrivant à la côte.

  3. Engins de pêche et d’élevage

    Grâce à une gamme complète d’engins de pêche et d’élevage spécialement conçus pour capturer et élever des post-larves,  Ecocean est en mesure d’intervenir et de transférer son savoir-faire aux pêcheurs et aux éleveurs locaux du monde entier.

  4. Diagnostic

    La PCC est un formidable outil qui permet d’étudier et de mieux comprendre la phase de dispersion océanique du cycle de vie des espèces marines et lacustre. En plus d’ouvrir de nouvelles thématiques de recherche, elle permet ainsi de collecter un grand nombre de données sur les espèces de poissons qui reviennent coloniser les habitats côtiers pour alimenter les populations en place.

En vidéo et en grand angle !

Suivez notre chaîne Vimeo et savourez les reportages vidéo qui vous expliquent comment ECOCEAN participe à la restauration des milieux marins et à la préservation des ressources halieutiques.

PLONGEZ DANS LE BLOG ECOCEAN

Les projets|mis en oeuvre

Projet UROS – Alpes Françaises

Contexte

Les écosystèmes lacustres présentent un fort intérêt pour l’Homme, à la fois pour les ressources en eau qu’ils représentent, mais également pour leur importante biodiversité terrestre et aquatique. La dépendance des activités humaines envers ces milieux a ainsi conduit à l’artificialisation de nombreux lacs naturels et à la création d’une multitude de retenues artificielles (79% des plans d’eau de plus de 50 ha sont artificiels en France). Les habitats de ces zones font donc particulièrement l’objet de destruction et ce type d’altération est connu pour être la première cause d’érosion de la biodiversité en milieu aquatique. Le marnage imposé aux milieux pour la gestion hydroélectrique ou agricole en est un des premiers facteurs.

Intérêts et objectifs

Le projet UROS a été initié avec l’Agence Française pour la Biodiversité afin de trouver des solutions pour compenser les effets délétères du marnage sur les écosystèmes rivulaires. La zone d’étude est la retenue de Serre-Ponçon dans les Hautes-Alpes, qui présente un marnage annuel de l’ordre de 30 mètres. L’intérêt de ce projet consiste à compenser le manque d’habitat rivulaire de la retenue par le biais de 3 structures flottantes artificielles et végétalisées. Ces structures, d’une superficie d’environ 50m² chacune, présentent une zone rivulaire et des habitats subaquatiques adaptées au marnage. Plus qu’un simple radeau végétalisé, il s’agit donc ici d’une véritable zone littorale flottant sur le lac. L’objectif est d’offrir des habitats pour la faune locale et recréer (naturellement et artificiellement) des fonctions écologiques notamment de nurseries et de frayères pour les poissons.

Suivi scientifique

Les suivis scientifiques sur le projet ont plusieurs objets : (i) suivre la colonisation des îles UROS par la macrofaune aquatique (poissons et macro-invertébrés), mais également par la végétation et les oiseaux, (ii) évaluer l’intérêt de telles structures pour soutenir la biodiversité du lac, (iii) proposer des améliorations techniques pour favoriser une fonctionnalité maximale des différents habitats artificiels et naturels créés. Enfin, proposer une architecture finale des îles UROS optimisant le rapport coût/efficacité écologique, et analyser la possibilité de généraliser ce type de solution aux autres écosystèmes marnants français et européens.

Retombées du projet

Le projet est actuellement en phase de démarrage, les premiers résultats techniques et scientifiques devraient être disponibles fin 2018.

Téléchargement

Fiche Projet UROS (PDF)

Jardin Flottant à Rotterdam

Contexte

La ville de Rotterdam s’est engagée à améliorer la qualité de ses eaux d’ici 2021, par ailleurs la ville manque crucialement d’espaces verts. L’entreprise Urban Green a proposé l’idée originale de réinvestir les canaux désaffectés de la ville en y implantant des structures végétalisées flottantes, qui seraient un atout pour la vie au-dessus comme au-dessous de l’eau. Un premier prototype a été implanté en 2015 dans le canal Buizengat. Il est composé de 8 bacs remplis de terre et plantés de végétation terrestre, entourés d’un treillis où se développe une végétation semi-aquatique dont les racines poussent dans l’eau, créant un habitat pour la faune aquatique. Le tout est organisé autour d’un espace central vide qu’Ecocean a équipé de 4 Biohut.

Intérêts et objectifs

La zone centrale du jardin est particulièrement adaptée au développement des jeunes poissons car elle est protégée du courant et ouverte sur l’extérieur. En revanche les parois des bacs formant cet enclos protecteur sont entièrement lisses et offrent donc peus d’opportunités d’abri et de nourriture. Equiper cette zone de Biohut a permis de la valoriser, et apporte une forte plus-value au jardin en diversifiant l’habitat frayère et nurserie disponible : d’une part le substrat mou fournit par les racines sur la bordure externe du jardin, d’autre part le substrat dur fournit par les grilles et les coquilles des Biohut sur la bordure interne.

Résultats des suivis scientifiques

Un premier suivi a été mis en place par le Bureau Waardenburg en 2016. Les résultats ont validé la fonction nurserie du jardin, une concentration particulièrement forte de juvéniles ayant été observée dans la zone. 22 espèces ont été recensées en tout. Par ailleurs, la présence du jardin a entraîné une forte diminution du taux de capture de l’espèce invasive locale dans le canal (de 78% en 2015 à 30% en 2016) confirmation que la complexification de l’habitat est un outil de lutte efficace contre la prolifération d’espèces invasives. Des pontes de perches ont également été observées. Un deuxième suivi a été réalisé par Ecocean en juillet 2017 et visait à étudier l’impact spécifique du Biohut. Il s’avère que la zone centrale équipée de Biohut est celle où l’on rencontre la plus forte concentration de juvéniles (principalement des perches et des gardons en juillet). Un suivi faune-flore fixée sur un Biohut a révélé la présence de deux espèces de crabe ainsi que de 5 juvéniles d’anguille. La forte densité de macro-invertébrés présents dans le coquilles suggère en outre que le Biohut représente une très bonne source de nourriture pour les juvéniles.

Retombées du projet

A long terme, plusieurs centaines de mètres de jardins flottants supplémentaires devraient être mis en place, au plus tard en 2021. L’intérêt du Biohut ayant fait l’unanimité au sein de partenaires du projet, il est probable que ces futures structures seront également équipées, assurant un large déploiement de la technologie Biohut dans la ville de Rotterdam.

Téléchargement

Fiche Projet Jardin flottant Rotterdam (PDF)

CALAIS 2015

CALAIS

Extension du port de Calais : lancement d'une phase de test réalisée sur le port actuel pendant les travaux avant d'installer des Biohut® sur la nouvelle zone gagnée sur la mer.

NUAMCE

NUAMCE

NUrseries Artificielles Marines Côtières Expérimentales Le projet vise à finaliser trois nouveaux types de solutions (Biohut Digue, Mouillage et Emissaire) permettant d’améliorer les fonctions écologiques et la biodiversité des infrastructures maritimes.

CASCIOMAR

CasCioMar

Pêche de post-larves à Marseille, Cassis et La Ciotat par des pêcheurs locaux puis élevage en ferme de grossissement (Marseille) et repeuplement en milieu naturel sur ces 3 mêmes zones.

DIGUE CHERBOURG

Digue Cherbourg

Installation et suivi écologique de Biohut® Digue installés dans deux zones aux caractéristiques différentes à Cherbourg.

BALTIMORE

Etats Unis - Baltimore

Premier déploiement de la technologie Biohut® aux États-Unis.

ZOE

Guadeloupe

Etude de faisabilité visant à établir le potentiel écologique, économique et social de la technique de PCC en Guadeloupe.

CAPTILARVES

France Haute Garonne - Lac Lamartine

Etude de faisabilité pour la pêche au CARE en eau douce.