Pourquoi ECOCEAN

Ecocean, leader mondial de la PCC

ECOCEAN a développé un savoir-faire unique, celui de la collecte et de l’élevage de post-larves (PCC) pour une valorisation durable de la ressource marine et la conservation de la biodiversité des écosystèmes marins. Aujourd’hui devenue leader mondial de la technique de PCC, Ecocean a obtenu le statut de Jeune Entreprise Innovante dès sa création et jusqu’en 2010. Elle est également soutenue par la BPI. Nos différentes expériences en milieu marin nous ont permis de développer différentes applications exclusives dans les techniques de capture et d’élevage des post-larves. Ces applications s’articulent aujourd’hui autour de 4 métiers : l’élevage Raisonné, la restauration écologique, la vente d’engins de pêche et d’élevage, le diagnostic.

Ne juge pas chaque jour à la récolte que tu fais mais aux graines que tu sèmes

Robert Louis Stevenson - Ecrivain

4 champs d'application pour la PCC

L'élevage raisonné

L'expertise, l'ingénierie et le transfert du savoir-faire depuis la capture jusqu'a la mise en place de ferme d'élevage de post-larves pour fournir le marché de l'aquariologie marine et du poisson de bouche.

La vente d'engins de pêche et d'élevage

Notre expérience de terrain nous permet de proposer des engins de pêches diversifiés et surtout très robustes, pouvant être positionnés aussi bien en milieu marin tempéré que tropical, mais aussi en milieu froid et eau douce. Ecocean peut aussi concevoir et construire des engins de pêche spécifiques à la capture de post-larves mais conçoit également des unités d’élevage mobiles « clé en main » pour élever ces post-larves.

La Restauration écologique en milieu marin

Ecocean fournit des solutions « clé en main » innovantes pour la restauration active (BioRestore® : repeuplement multi spécifique) et passive (BioHut® : habitats artificiels avec une fonction de nurserie) de l'écosystème marin.

Le Diagnostic

Grace aux savoir-faire et aux engins mis en place par Ecocean, nous pouvons participer à l'amélioration des connaissances sur le cycle de vie des animaux marins. Cette« boîte noire » méconnue et pourtant fondamentale au renouvellement des populations et à la connectivité des écosystèmes.

  1. LE CONTEXTE REGLÈMENTAIRE

    Conformément à l’article 6 de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) de 1992 à Rio, chacun des pays signataires doit élaborer sa stratégie pour assurer la pérennité de la biodiversité et de sa valorisation. En 2004, la France a adopté sa Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) qui doit se traduire par :

    1- Le maintien de la diversité génétique et spécifique,

    2- Le maintien des habitats soit finalement, le maintien du bon fonctionnement des écosystèmes

    3- L’amélioration de la trame écologique (continuité écologique) et enfin

    4- La définition de nouveaux indicateurs de suivi.

    Pour atteindre ces objectifs, les axes nationaux français tendent à prendre en compte la biodiversité dans les politiques sectorielles (Directives Cadres) et à vouloir développer les connaissances scientifiques puisque « mieux connaître c’est mieux gérer ».

    La Directive Responsabilité Environnemental (DRE, 2004)

    Transposée dans la loi en août 2008 et adoptée par décret en août 2009, cette directive a pour vocation de compenser en nature un dommage (=restaurer), le responsable du dommage causé étant responsable financièrement de la réparation.

    La récente Directive Cadre Stratégie Milieu Marin (DCSMM, 2008) n’est quant à elle pas encore transposée dans la loi. En effet, le milieu marin plus complexe et plus vaste est beaucoup plus difficile à appréhender. Aussi des progrès en matière de suivi et de connaissance de la biodiversité marine sont nécessaires. Les spécificités du milieu marin ont donc été prises en compte par l’UE au travers de la DCSMM qui précise les devoirs des pays membres compte-tenu des régions (dans notre cas la Méditerranée) et sous-régions (Méditerranée Occidentale) identifiées. Y sont précisées les stratégies marines en lien avec les différents programmes : évaluation, surveillance et mesures.

    Dans ce contexte, les deux derniers métiers d’Ecocean contribueront d’une manière opérationnelle et durable à cet effort.

PLONGEZ DANS LE BLOG ECOCEAN